Les Etudiants en Médecine Algériens

les étudiants en médecine algériens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mustapha
Sage du Forum
Sage du Forum


Masculin Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 16/08/2006

MessageSujet: L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers   Mer 14 Fév - 20:17

L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers
par M. Aziza

Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Amar Tou, a annoncé la création d’une nouvelle carte sanitaire et la hiérarchisation des soins, d’ici l’année 2009, lors de son passage hier, au forum «Tahaoulat» à la chaîne 1. Le ministre de la Santé a indiqué que les centres de santé passeront, en fonction de la nouvelle carte, au grade de polycliniques. Cette nouvelle restructuration donnera plus d’autonomie et de valeur aux centres de santé et valorisera en outre, les soins de base, précise—t-il. L’enjeu est de réduire la pression sur les grandes infrastructures hospitalières du pays.

En abordant les réformes menées dans son secteur, le ministre a relevé le déficit dont souffrent les hôpitaux, en matière de spécialistes. Il a indiqué que nos structures de santé manquent de spécialistes dans le domaine de la radiologie, gynécologie et l’anesthésie. Pourtant, dit-il, pas moins de 2.100 universitaires sortent chaque année des facultés de médecine. Le ministre a indiqué que ce problème a été déjà pris en compte et il sera réglé d’ici 2009. Le ministre a parlé, en outre, d’un manque d’infirmiers. «Nous avons pour le moment

1 infirmier pour 357 habitants, en France il y a, un infirmier pour 140 habitants. On compte d’ici 2009 atteindre la moyenne et garantir un infirmier pour 290 habitants», a précisé le ministre. Pour ce qui est de l’affectation des spécialistes vers les Hauts Plateaux et le Sud, Tou a indiqué que les 2.100 diplômés sortis des facultés de médecine, ont été tous affectés dans les Hauts Plateaux et le Sud. Le ministre a déclaré également qu’il n’y aura plus de transfert de malades pour des soins à l’étranger d’ici 2009. Il a expliqué que son département a déjà réduit le transfert des malades vers l’étranger. «Il y a seulement 9 maladies aujourd’hui qui nécessitent un transfert. La facture a été réduite de 14 milliards de dinars à 3 milliards de dinars seulement et nous comptons faire plus», a-t-il affirmé en ajoutant que son ministère oeuvre pour assurer des formations spécialisées au profit des acteurs de la santé, notamment dans les soins qui suscitent un transfert à l’étranger. «Mais cette fois, nous n’allons plus envoyer des médecins se former à l’étranger pour une longue durée, mais on va plutôt faire appel à des spécialistes étrangers pour former nos médecins chez nous», a précisé le ministre. Pour Amar Tou, ce procédé «évitera une coupure entre le médecin et son milieu». Ce que ne dit pas le ministre, c’est que les pouvoirs publics ne veulent plus former des spécialistes qui préfèrent par la suite s’établir à l’étranger. En effet, selon le rapport du CNES de juillet 2005, des centaines de médecins ont quitté le pays pour aller travailler en France.

source: http://www.quotidien-oran.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreamer
Legendary Member
Legendary Member


Nombre de messages : 1758
Date d'inscription : 28/09/2006

MessageSujet: Re: L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers   Jeu 15 Fév - 20:08

L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers
par M. Aziza

Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Amar Tou, a annoncé la création d’une nouvelle carte sanitaire et la hiérarchisation des soins, d’ici l’année 2009, lors de son passage hier, au forum «Tahaoulat» à la chaîne 1. Le ministre de la Santé a indiqué que les centres de santé passeront, en fonction de la nouvelle carte, au grade de polycliniques. Cette nouvelle restructuration donnera plus d’autonomie et de valeur aux centres de santé et valorisera en outre, les soins de base, précise—t-il. L’enjeu est de réduire la pression sur les grandes infrastructures hospitalières du pays.

ce n'es pas une mauvaise idée, et j'espere vraiment que les echeances seront respectées


En abordant les réformes menées dans son secteur, le ministre a relevé le déficit dont souffrent les hôpitaux, en matière de spécialistes. Il a indiqué que nos structures de santé manquent de spécialistes dans le domaine de la radiologie, gynécologie et l’anesthésie. Pourtant, dit-il, pas moins de 2.100 universitaires sortent chaque année des facultés de médecine. Le ministre a indiqué que ce problème a été déjà pris en compte et il sera réglé d’ici 2009.


ce ne sont pas les medecins qui veulent se specialiser qui manquent mais plutot le nombre de places qu'on leur propose pr ces specialités...(je me specialiserais volontier en radiologie diagnostic Very Happy


Le ministre a parlé, en outre, d’un manque d’infirmiers. «Nous avons pour le moment
1 infirmier pour 357 habitants, en France il y a, un infirmier pour 140 habitants. On compte d’ici 2009 atteindre la moyenne et garantir un infirmier pour 290 habitants», a précisé le ministre.

Pour ce qui est de l’affectation des spécialistes vers les Hauts Plateaux et le Sud, Tou a indiqué que les 2.100 diplômés sortis des facultés de médecine, ont été tous affectés dans les Hauts Plateaux et le Sud.


j'irais bien travailler ds le sud, on dit que c bien payé scratch



Le ministre a déclaré également qu’il n’y aura plus de transfert de malades pour des soins à l’étranger d’ici 2009. Il a expliqué que son département a déjà réduit le transfert des malades vers l’étranger. «Il y a seulement 9 maladies aujourd’hui qui nécessitent un transfert.

quelles sont ces maladies?? ça m'interesse scratch


La facture a été réduite de 14 milliards de dinars à 3 milliards de dinars seulement et nous comptons faire plus», a-t-il affirmé en ajoutant que son ministère oeuvre pour assurer des formations spécialisées au profit des acteurs de la santé, notamment dans les soins qui suscitent un transfert à l’étranger. «Mais cette fois, nous n’allons plus envoyer des médecins se former à l’étranger pour une longue durée, mais on va plutôt faire appel à des spécialistes étrangers pour former nos médecins chez nous», a précisé le ministre. Pour Amar Tou, ce procédé «évitera une coupure entre le médecin et son milieu». Ce que ne dit pas le ministre, c’est que les pouvoirs publics ne veulent plus former des spécialistes qui préfèrent par la suite s’établir à l’étranger. En effet, selon le rapport du CNES de juillet 2005, des centaines de médecins ont quitté le pays pour aller travailler en France.




formez nous comme il se doit, donnez nous les moyens d'etre de bons medecines, payez nous digenement et on cherchera peut etre plus à quitter notre pays

_________________
les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fly
Legendary Member
Legendary Member


Nombre de messages : 1705
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers   Ven 16 Fév - 12:39

dreamer tu m'enleves les mots de la bouche Shocked tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers   Aujourd'hui à 13:28

Revenir en haut Aller en bas
 
L’Algérie manque de spécialistes et d’infirmiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manque de protéines? attention danger!
» Il manque des profs...
» Haddith: Mes frères me manque
» Mouaha, le manque de tact de certains...
» [FORUM] Tiens, au fait, il nous manque quelque chose, non?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Etudiants en Médecine Algériens :: Hors-Médecine :: Actualité...-
Sauter vers: