Les Etudiants en Médecine Algériens

les étudiants en médecine algériens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire de la CHIRURGIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dr TcH|nX
V.I.P


Masculin Nombre de messages : 3519
Emploi : Externe des Hopitaux d'Alger
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Histoire de la CHIRURGIE   Mer 25 Juil - 18:34

Pour ceux qui aiment la chirurgie , comme moi ,
c'est un texte qui est vraimment trés long , mais bon , il contient un bon résumé de l'histoire de la chirurgie ...


La chirurgie est l'un des plus anciens arts médicaux. Son efficacité a été très longtemps freinée par trois facteurs
1-l'ignorance de l'anatomie : sans connaissance précise de l'intérieur du corps, les interventions étaient limitées aux organes périphériques et aux plaies ;
2-l'infection, qui causait de nombreux décès : la découverte des microbes par Louis Pasteur permit le développement de l'hygiène et fit donc chuter la mortalité post-opératoire ;
3-la douleur : cela se résolut avec la découverte de l'anesthésie.

L'époque préhistorique :
Il nous reste des pièces squelettiques fossiles qui témoignent de certains gestes chirurgicaux. C'est le cas des craniotomies, avec des résections parfois larges sur la voûte crânienne et des signes de cicatrisation osseuse qui permettent d'affirmer que l'opéré a survécu longtemps au-delà du geste chirurgical. Ces craniotomies étaient-elles motivées pour des soins ou des gestes rituels ? Il est bien difficile de trancher.

Le pansement primitif, en particulier à l'argile sur les doigts gelés ont laissé des empreintes sur les parois des cavernes de l'époque magdalénienne. Les civilisations dites « primitives » en Afrique ou en Indonésie utilisent toujours des substances végétales ou minérales pour les soins des plaies.

L'Antiquité :
Les civilisations qui possédaient l'écriture nous ont laissé des documents importants. Trois papyri égyptiens rapportent des observations pathologiques ainsi que des éléments de techniques chirurgicales (craniotomies, soins des plaies et des brûlures, ablations de tumeurs superficielles…). En Grèce un personnage va dominer tous les autres, c'est bien sûr Hippocrate (Ve siècle av. J.-C. et IVe siècle av. J.-C.). Il crée une école médico-chirurgicale, mais sous l'influence de Platon, la maladie est surtout pour lui une base de réflexion et d'analyse, le résultat thérapeutique est encore très accessoire. Hippocrate publie environ soixante livres dont six sur la chirurgie. C'est le traitement des fractures et des luxations qui restera le plus célèbre, avec la création d'un appareillage qui sera utilisé jusqu'au XVIIe siècle en Occident.


L'Inde au Ier siècle av. J.-C.
Il y a une véritable unité médico-chirurgicale et des écoles avec un apprentissage technique sur les animaux. La réparation plastique de l'amputation nasale par un lambeau cutané frontal est mise au point, et reste toujours pratiquée sous l'appellation de lambeau indien.

À Rome
La pratique chirurgicale se développe pour les besoins de l'armée et des jeux du cirque, plusieurs techniques sont innovées (la césarienne, l'ablation des varices, le traitement des plaies, l'amputation des membres…). Galien est le personnage le plus marquant, par ses découvertes anatomiques et ses innovations techniques, mais par conviction religieuse, il va faire interdire la dissection anatomique, ce qui va engendrer une perte de la connaissance anatomique pendant des siècles. En Occident, l'influence religieuse empêchera tout progrès chirurgical pendant pratiquement mille ans, tout en continuant à appliquer les principes d'Hippocrate et de Galien, sans les vérifier...

Au Moyen Âge
En Orient Au Moyen Âge, l'Orient connaît une période favorable avec le développement des universités arabes. Le personnage le plus marquant est Abu Al-Qasim au IXe siècle dans le califat de Cordoue, il laisse un livre important le Tarsif et prône l'utilisation de cautères pour faire l'hémostase. La cautérisation sera divulguée et surtout exagérée par la suite pendant des siècles.

En Europe
Au Moyen Âge l'initiation des écoles chirurgicales débute en Italie dès le IXe siècle à Salernes puis à Bologne. La première école chirurgicale en France est fondée à Montpellier au XIIe siècle, c'est de celle-ci que sera issu Guy de Chauliac qui publie en 1368 la Grande Chirurgie, premier ouvrage chirurgical en français. À Paris au XIVe siècle, Lanfranc crée la première école de chirurgie de la capitale qu'il nomme la Confrérie de Saint Côme. Mais très vite celle-ci va entrer en conflit avec la faculté de médecine, un procès va durer pendant trois siècles et aboutit à la déchéance de la Confrérie de Saint Côme en 1660 ; les chirurgiens n'ont alors pas le droit d'être bacheliers, ni docteurs. L'école chirurgicale de Paris disparaît. Le concile de Tours puis de Latran en 1215 interdit aux prêtres toute activité chirurgicale, même la saignée, sous prétexte que « l'Église a horreur du sang ». Le monde médicochirurgical du Xe siècle comprend :

Les médecins, qui généralement sont des clercs, parlant latin et possédant la science.
Les barbiers qui en plus de leur activité sur la coiffure effectuent quelques gestes chirurgicaux (traitement des plaies, d'abcès superficiels…)
Les inciseurs nomades (généralement de redoutables charlatans)
Les barbiers-chirurgiens, qui sont les véritables opérateurs.

La Renaissance
Elle apporte des progrès artistiques et techniques multiples en particulier dans l'armement avec la généralisation des armes à feu. Les blessures deviennent plus graves que celles des armes blanches, surtout plus délabrantes pour la peau, les vaisseaux et le squelette. Ces lésions sont vite responsables de complications de type gangrène sur les blessés, c'est ainsi que les amputations vont se développer dans l'activité chirurgicale. Les études anatomiques qui ont été inexistantes pendant plus de mille ans reprennent avec les artistes italiens (Léonard de Vinci) et surtout André Vésale. Parmi les chirurgiens de la Renaissance, Ambroise Paré est le plus marquant. Son activité alterne entre la chirurgie de guerre et la pratique civile, il est promu chirurgien de quatre rois de France, il innove et applique de nombreuses techniques chirurgicales, il fera admettre la nécessité de la ligature des vaisseaux au détriment du cautère. Très créatif, il est à l'origine de nombreux instruments et publie des ouvrages très originaux.

Les XVIIe et XVIIIe siècles
Les progrès chirurgicaux vont ensuite stagner pendant le XVIIe siècle suite à la dissolution de la Confrérie de Saint Côme. Mais un évènement royal va permettre le redressement chirurgical : en effet Louis XIV est atteint d'une fistule anale en 1686, et toute les tentatives médicales restent sans résultat au contraire. Il fait alors appel à son chirurgien, un dénommé Felix qui le guérit de sa fistule ce qui permet de redonner un crédit aux chirurgiens par rapport aux médecins. Le XVIIIe siècle est l'une des plus grande période de progrès chirurgicaux car en 1731, Louis XV inaugure l'académie royale de chirurgie à Paris, et en 1742 il rétablit l'égalité hiérarchique entre médecins et chirurgiens, alors que les médecins disaient auparavant : « Qu'il y avait de la folie d'imaginer que le chirurgien soit l'égal du médecin ». Trois personnalités vont se succéder comme premier chirurgien du roi : Mareschal, La Peyronie et Pichault de la Martinière. C'est alors une période de créativité, de liberté d'action et de pensées et donc d'émulation pendant laquelle Paris est considérée comme la capitale mondiale de la chirurgie. On vient de toute l'Europe pour se faire opérer par les chirurgiens parisiens. Parmi les techniques novatrices on peut citer, l'évacuation de l'hématome extra-dural, l'évacuation de l'abcès cérébral, la trachéotomie dans la diphtérie, l'extraction des lithiases du rein, le traitement de la cataracte… Jean-Louis Petit et Pierre-Joseph Dessault sont les deux grands praticiens de cette période. L'Académie royale de chirurgie est dissoute en 1793 par les révolutionnaires.

La Révolution et l'Empire
Cette période est succédée par 20 ans de guerre entre la Révolution et l'Empire qui créent la chirurgie et la médecine militaires. Les maladies (typhoïde, paludisme, typhus…) déciment les armées plus que les blessures, néanmoins de chirurgiens est important et on crée des écoles de santé pour former non plus des docteurs mais des officiers de santé. Pendant le Premier Empire, Dominique Larrey et Percy sont les chirurgiens les plus illustres. En particulier Larey est adulé par les soldats, il développe le traitement précoce des blessures, il rapporte des observations de troubles mnésiques et épipleptiques à la suite des paies crânio-cérébrales ; les plaies du thorax sont traitées, les fractures des membres sont immobilisées en attelles, mais on ne sait toujours pas réparer les plaies et les fractures ouvertes des membres qui font l'objet d'une amputation systématique. Lors de la bataille de Borodino, Larrey, aurait effectué 200 amputations en 24 heures, avec une mortalité de 3 sur 10. Les complications des plaies de guerre sont nombreuses (choc traumatique, gangrène gazeuse, tétanos…).

Après la chute de l'Empire en 1815, la pratique civile reprend ses droits. Dupuytren est la personnalité la plus marquante de cette époque, sa mortalité opératoire est plus fiable que Larrey, (1/15), il traite de façon innovante de nombreuses pathologies (les fentes labio-palatines…). Récamier développe la gynécologie moderne et met au point l'hystérectomie par voie vaginale. La deuxième moitié du XIXe siècle connaît à nouveau une phase de régression à cause de la fréquence des infections. Les locaux, le mobilier, le comportement des chirurgiens et de soignants favorisent l'infection, qu'ils considèrent comme une fatalité. On atteint 84% de décès post-opératoire ! Les progrès viennent d'Angleterre, avec des locaux plus aérés, et moins de promiscuité entre les malades, ils n'ont « que » 48% de décès post-opératoire… Malgré la fréquence et la gravité des infections post-opératoires, les techniques continuent de se développer, en particulier les ténotomies. Ce type de geste (section d'un tendon) à été alors très largement utilisé pour la correction des déformations (correction du pied bot bien décrit par Flaubert dans Madame Bovary), mais aussi dans des tentatives de correction des

déformations vertébrales. C'est aussi l'époque de développement de l'hystérectomie par voie abdominale, de la chirurgie du larynx, de l'ablation de la rate en 1857, de l'ablation du rein en 1869… Le matériel et les instruments chirurgicaux s'améliorent avec les pinces crantés de Péan puis de Kocher. L'orthopédie commence à s'individualiser comme spécialité chirurgicale avec la mise au point des techniques de raccourcissement des membres, le traitement de la luxation congénitale de la hanche, l'arthrodèse des articulations, les greffes osseuses autologues, et l'ostéosynthèse au fil d'argent.


Dans la deuxième moitié du XIXe siècle
Deux découvertes vont révolutionner la pratique chirurgicale et ses résultats : l'anesthésie et l'asepsie. L'anesthésie naît aux États-Unis, où Faraday découvre les propriétés anesthésiques de l'éther. La première utilisation humaine est réalisée par Morton qui est dentiste à Boston en 1846. L'anesthésie arrive à Londres en 1847, où elle est utilisée par Liston ; puis à Paris la même année. L'éther par ses propriétés hypnotiques et analgésiques va transformer les conditions opératoires qui ne sont plus des séances de tortures. Farabeuf dira : « désormais il faut opérer bien et non plus opérer vite, le temps ne compte plus ».

L'antisepsie est initiée par Semmelweis à Budapest en 1847. Il est obstétricien, et observe que la fièvre puerpérale responsable d'1/3 des décès en post-partum est transmise par les mains des accoucheurs et des étudiants qui viennent d'effectuer des autopsies. Il utilise pour la première fois le chlorure de chaux pour le lavage des mains, il fait ainsi réduire les taux d'infection à quelques pour cent seulement. Mais sa situation sociale et politique ne lui donne aucune crédibilité. Joseph Lister en 1867 applique les découvertes de Louis Pasteur, et opère dans un spray d'acide phénique, sa mortalité opératoire passe alors de 48 % à 10 %. L'asepsie est ensuite mieux appliquée par l'usage des gants de caoutchouc, la conception de bloc opératoire n'arrive à Paris qu'en 1912.

Du XXe siècle à nos jours Avant la Première Guerre mondiale on trouve une période de mise au point des principales techniques chirurgicales (chirurgie de la paroi de l'abdomen, du tube digestif, du thorax, de la gynécologie…). Par la suite tout le XXe siècle verra l'explosion des progrès et des techniques chirurgicales qui ne cesse alors de s'accélérer : microchirurgie, greffe d'organes, endoscopie, multiplication des implants prothétiques, assistance informatique… avec l'aide indispensable de l'imagerie médicale, de l'anesthésie et de la réanimation. Les spécialités chirurgicales se sont multipliées, ainsi que la notion d'équipes médicales et para-médicales spécialisées.

Conclusion
Au cours du temps, l'évolution de la chirurgie a été très inégale. Trop longtemps l'acte chirurgical et les chirurgiens ont été dévalorisés par la religion et relégués à une caste inférieure la séparant du monde médical, limitant la recherche et l'enseignement. Si quelques personnages ont permis le progrès, c'est surtout le regroupement médico-chirurgical et la connaissance anatomique (voir histoire de l'anatomie) qui ont été très bénéfiques ; puis l'anesthésie et l'asepsie. On est en droit d'attendre encore beaucoup de progrès de la part de la chirurgie et des chirurgiens pour peu que la politique et les lois les laissent s'exprimer.

_________________
"Some people Dreams of Success , while others wake up and work hard at It ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NB
Legendary Member
Legendary Member


Masculin Nombre de messages : 4230
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Mer 25 Juil - 20:07

ca serait plus interessant de connaitre les futurs techniques, celles qui sont deja utilisé a l'etranger mais pas encore en Algerie!
c ca qu'on va utiliser nous dans quelques année!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sir_mina_ene
Actif Member
Actif Member


Féminin Nombre de messages : 140
Age : 35
Localisation : ghardaia
Emploi : medecin generaliste
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Mer 25 Juil - 21:06

malgre que j'aime pas la chirigie, c'est de connaitre les techniques d'avenirs dans lachirurgie et dans tous les domaines,
merci docteur, on attends plus nchallah,Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vndisability.net/movie/foryou.swf
itachi-log
Legendary Member
Legendary Member


Masculin Nombre de messages : 3135
Age : 62
Localisation : LES FORUMS
Emploi : HETISSTE
Loisirs : Saint CORAN-mangas-Music(OST)
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Ven 28 Déc - 23:28

dans les annee 40-60 on dis qu'un chirurgien est un bouchée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://biobabez.etudions.net
itachi-log
Legendary Member
Legendary Member


Masculin Nombre de messages : 3135
Age : 62
Localisation : LES FORUMS
Emploi : HETISSTE
Loisirs : Saint CORAN-mangas-Music(OST)
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Ven 28 Déc - 23:32

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://biobabez.etudions.net
Dr TcH|nX
V.I.P


Masculin Nombre de messages : 3519
Emploi : Externe des Hopitaux d'Alger
Date d'inscription : 08/08/2006

MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Mar 1 Jan - 18:05

itachi-log a écrit:
dans les annee 40-60 on dis qu'un chirurgien est un bouchée
Ce ci est valable pour les gens qui ne respectent pas cette discipline .

_________________
"Some people Dreams of Success , while others wake up and work hard at It ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Very Actif Member
Very Actif Member


Féminin Nombre de messages : 476
Localisation : France (Biarritz) / Maroc (Ouazzane)
Emploi : Infirmière
Date d'inscription : 25/12/2007

MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Mar 1 Jan - 19:42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://titemarocaine47.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de la CHIRURGIE   Aujourd'hui à 5:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de la CHIRURGIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Musée d'histoire de la médecine et de la pharmacie de Lyon
» Une chirurgie préhistorique...
» Sites pour les étudiants en chirurgie Dentaire
» Thèse et mémoire de fin d'études en chirurgie dentaire
» Histoire : la Préhistoire (semaine 1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Etudiants en Médecine Algériens :: Médecine avec un Grand M :: Sujets Médicaux...-
Sauter vers: