Les Etudiants en Médecine Algériens

les étudiants en médecine algériens
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Viol, le fléau prend de l'ampleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mustapha
Sage du Forum
Sage du Forum


Masculin Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 16/08/2006

MessageSujet: Viol, le fléau prend de l'ampleur   Mar 23 Oct - 12:36

Les femmes seules face au viol


Devant le crime et la dépravation, point de dissimulation d’une réalité sociétale souvent loin des standards de pureté qu’elle se donne. Viol, acte contraire à la décence, attentat à la pudeur, inceste sont autant de maux qui existent bel et bien dans cette société qui refuse de regarder en face ses défauts, se cachant derrière un conservatisme aux œillères résistantes.

De tous les crimes, le viol est celui qui laisse une empreinte indélébile chez la victime. A la fois une atteinte physique, le viol est aussi une souillure psychologique qui accompagne la vie de la victime, qui demeure prisonnière de cet acte abject et condamnable tant qu’elle n’aura pas exorcisé son mal. C’est dire que cette forme de criminalité requiert un combat sans merci contre ses auteurs qui en usant de violence font aussi preuve de lâcheté et de vilenie pour ne citer que ces deux adjectifs qui sont encore loin de décrire la gravité de l’acte de viol.

Dans une nouvelle étude sur le phénomène du viol en Algérie, les services de la Gendarmerie nationale révèlent que ce crime connaît une courbe ascendante. Ainsi, durant les huit premiers mois de l’année en cours, le nombre de cas de viol commis a atteint le chiffre alarmant de 246 affaires traitées contre 241 autres durant la même période de l’année 2006.

Cette dernière ayant enregistré 316 cas contre 307 en 2005. A la faveur des enquêtes établies, il est fait état de 239 personnes écrouées pour viol dont 7 mineurs inculpés et 157 adultes âgés entre 18 et 28 ans durant l’année en cours.

Les statistiques de l’étude dévoilent que la catégorie de violeur la plus importante en nombre est celle des sans-emploi. Ils sont d’ailleurs pas moins de 255 auteurs de viol qui sont sans emploi contre 13 salariés, 7 autres de profession libérale, et 9 fonctionnaires. Du côté des victimes, il est souligné dans la même étude que le nombre de cas de viol peut largement dépasser les chiffres annoncés à cause du refus de certaines victimes de porter plainte, bloquées soit par le préjudice psychologique, ou par le poids des tabous, ou même de l’aveu de la Gendarmerie nationale par la complexité de la procédure judiciaire.

Nécessitant une protection à la fois juridique et psychologique, la femme violée en Algérie est doublement victime, d’abord du violeur lui-même, et de l’omerta imposée par une société rongée de non-dits et de préjugés.

169 femmes victimes de viol ont été recensées durant les huit premiers mois de l’année 2007 avec une légère différence par rapport au nombre de mineurs victimes de viol en 2006. Elles sont donc 88 mineures violées en 2007 contre 96 victimes en 2006, alors que le nombre de femmes violées âgées entre 18 et 28 ans a été respectivement estimé à 59 en 2006 et 50 en 2007. 19 femmes âgées entre 29 et 40 ans ont été violées en 2007 contre 12 autres âgées de plus de 40 ans.

La répartition géographique des cas de viol place la wilaya de Mostaganem en pole position avec 15 affaires, suivie d’Oran avec 14 cas, contre 12 affaires traitées à Sétif et Chlef et 10 autres à Alger. Même si ce classement reflète une période de l’année, il est à noter que ce sont les mêmes wilayas à caractéristique urbaine et à forte densité humaine qui reviennent dans le classement des cas de viol.

Les statistiques de l’année 2006 révèlent que le nombre de viol a atteint 316 cas contre 307 en 2005. Si la wilaya d’Oran était en tête du classement en 2006 avec 37 affaires, les wilayas de Tlemcen, Constantine, Alger, Tiaret et Bouira présentent une tendance forte pour la délinquance sexuelle.

847 affaires d’atteintes sexuelles en neuf mois

Les statistiques de la Gendarmerie nationale enregistrent 847 affaires liées aux atteintes sexuelles traitées durant les neuf premiers mois de l’année 2007. Si le viol arrive en première position avec 169 femmes violées, l’attentat à la pudeur et violence sur mineurs des deux sexes arrivent juste derrière avec 149 cas. Les femmes et les mineurs sont souvent pris pour cibles par les criminels et pervers de tous genres qui trouvent en eux des proies faciles et sans défense.

Nadjia Bouaricha pour El watan du 22-10-07.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mustapha
Sage du Forum
Sage du Forum


Masculin Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 16/08/2006

MessageSujet: Re: Viol, le fléau prend de l'ampleur   Mar 23 Oct - 12:38

Je sais pas si le chiffre reflete vraiment la réalité, mais j'ai cherché un peu pour comparé avec d'autres pays.

France : 4412 viols en 2006, soit 1 toutes les 2 heures...


Environ 70 % des affaires sont élucidées, notamment grâce aux analyses génétiques.
DANS LA BANLIEUE de Lyon, trois inconnus en voiture percutent volontairement une automobiliste, l'enlèvent et la séquestrent pour la violer à tour de rôle dans un squat pendant une nuit entière. Aux abords du lac de Créteil, un toxicomane pointe son pistolet sur trois jeunes étudiantes. Terrorisées, elles sont agressées l'une après l'autre avant d'être abandonnées, pantelantes. Dans les sous-sols d'un immeuble du XIIIe arrondissement de Paris, une locataire de 37 ans est traînée par les cheveux derrière un pilier où elle est bâillonnée, plaquée au sol et abusée alors qu'elle a perdu connaissance. En marge de ces récents drames, Clémentine Autain, 33 ans, adjoint au maire de Paris chargé de la jeunesse, vient de révéler, au travers d'un livre portrait, le viol qu'elle a enduré à 22 ans sous la menace d'une arme blanche aux abords de l'université de Paris-VIII - Saint-Denis.
Plus que jamais, les affaires d'agressions visant des femmes majeures occupent les services de police et de gendarmerie.

L'année dernière, pas moins de 4 412 faits ont été recensés par le ministère de l'Intérieur, soit une fréquence d'un viol commis toutes les deux heures en France. Le phénomène est en pleine explosion depuis une dizaine d'années : en 1994, le nombre de ces affaires franchissait à peine la barre des 2 000.

« Cela ne signifie pas que les agressions étaient moins nombreuses dans le passé, note le commissaire Frédéric Malon, chef de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). En fait, le chiffre noir du viol (relatif aux agressions qui ne font pas l'objet d'une plainte) a diminué en raison d'une certaine libération de la parole chez les victimes. »

Sentiment de honte

Dans les commissariats, des « policiers référents », des fonctionnaires féminins en général, se sont spécialisés dans les techniques de recueil des dépositions des victimes en proie à un indicible traumatisme et, souvent, à un profond sentiment de honte.

Mais le tabou ne semble pas tombé. Ainsi, le collectif féministe contre le viol, qui reçoit les appels des victimes, estime ainsi que seule une sur dix porterait plainte. Les autres resteraient emmurées dans le silence, certaines attendant parfois des années avant d'évoquer leur drame.

D'après les dernières statistiques policières, 70 % des viols sont élucidés à l'échelon national et 2 932 violeurs présumés ont été interpellés à travers le pays en 2005. Parmi eux figurent 634 ressortissants étrangers, 75 mineurs et 58 femmes.

« Les investigations durent souvent des mois pour confondre un suspect, concède un commissaire. Le violeur, qui agit par pulsion et en fonction des opportunités, n'a en général jamais vu sa victime, dix minutes avant le passage à l'acte. Dans ces conditions, il est difficile de faire le lien entre la victime et son bourreau. Ce dernier, prudent, ne laisse guère de trace génétique ou d'empreintes exploitables. Par ailleurs, il prend souvent soin de dissimuler son visage ou de masquer les yeux de sa victime. »

La lecture des procédures permet de dresser ce portrait type : âgé de 20 à 40 ans, marginal ou issu des couches défavorisées, le violeur passe à l'acte plus volontiers dans les quartiers populaires. Parkings, porches, squats et caves d'immeubles et appartements des victimes constituent leurs terrains de chasse favoris. Pour traquer ces déséquilibrés solitaires et imprévisibles, les enquêteurs font désormais tourner de puissants logiciels de recoupements criminels. Selon nos informations, ils ont mis en évidence que 24 violeurs en série potentiels écument actuellement la province. Au sein de la PJ parisienne, le moteur de recherche Corail a, quant à lui, permis de débusquer cet été plusieurs criminels redoutables, dont le « violeur des parkings » qui avait abusé de huit victimes depuis 1994 ou encore du « violeur mélomane ». Ce dernier, avant de passer à l'acte, évoquait sa passion pour Bizet et le bel Canto. Il a reconnu seize viols, en douze ans d'errance à travers Paris et ses environs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mustapha
Sage du Forum
Sage du Forum


Masculin Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 16/08/2006

MessageSujet: Re: Viol, le fléau prend de l'ampleur   Mar 23 Oct - 12:40

En Grande Bretagne : Le malheureux chiffre record des viols pendant l'année 2004-2005 est monté à plus de 12.000.


Selon une étude publiée ce jour, un tiers des Britanniques pensent qu'une femme qui se fait violer est partiellement ou même complètement responsable si elle a poussé le flirt de manière exagérée.

La même étude a pu déterminer que plus d'un quart des Britanniques pensent qu'une femme qui s'habille de façon sexy ou porte des vêtements suggestifs est en partie responsable si elle se fait violer, de même que si elle est ivre.

Une personne sur cinq pense que la femme qui est reconnue comme ayant de multiples partenaires sexuels est responsable en partie si elle subit un viol, et une sur 3 pense qu'elle porte une part de responsabilité si elle n'a pas dit clairement "non" avant.

Dans chacun de ces scénarios les hommes adhèrent à ces idées un peu plus que les femmes - excepté pour la question de l'ivresse ou hommes et femmes sont à égalité dans leurs réponses.

Enfin, 5 % des femmes et 3% des hommes pensent qu'une femme est totalement responsable si elle subit un viol en étant droguée.

Les groupes de soutien sont alarmés par ces résultats et les décrivent comme "effrayants".

Le National Charity Victim Support tente de persuader les professionnels de la justice et de la santé " à envisager des actions de sensibilisation concernant les répercussions désastreuses du viol, et qui aurait pour but de faire changer les comportements.

Le sondage d'opinion de l’Institut ICM demandé par Amnesty International, a démontré également que la grande majorité de la population n'a aucune idée du nombre de femmes qui sont violées chaque année en Angleterre. La plupart, c'est à dire 96% des personnes interrogées ont rapporté qu'elles ne connaissaient pas l'ampleur de la situation par rapport aux viols perpétrés.

4% seulement ont envisagé que près de 10.000 femmes pouvaient être violées par année. Le malheureux chiffre record des viols pendant l'année 2004-2005 est monté à plus de 12.000. L'enquête qui avait été menée sur le sujet en 2001 avait démontré que seulement 15% des viols étaient portés à la connaissance de la police.

Kate Allen, la directrice d'Amnesty International au Royaume Uni, indique que l'enquête met à la lumière des "attitudes dérangeantes". Il est choquant, dit-elle, de blâmer les femmes pour le viol qu'elles ont subi. Le gouvernement se doit de lancer une contre-attaque envers cette culture sexiste de la responsabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mustapha
Sage du Forum
Sage du Forum


Masculin Nombre de messages : 436
Date d'inscription : 16/08/2006

MessageSujet: Re: Viol, le fléau prend de l'ampleur   Mar 23 Oct - 12:45

On continue :

En Afrique du Sud, 147 femmes sont violées chaque jour (South African Institute for Race Relations, 2003)

Aux États-Unis, une femme est violée toutes les 90 secondes (Ministère américain de la Justice, 2000) et 50 % des viols déclarés ont été commis au domicile de la victime. Seules 16 % des femmes signalent un viol à la police. Le nombre de viols diminue de façon continue depuis plusieurs années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Viol, le fléau prend de l'ampleur   Aujourd'hui à 5:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Viol, le fléau prend de l'ampleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mouvement de protestation prend de l’ampleur à l’université de Tizi Ouzou
» Stonehenge: le mystère prend de l'ampleur
» Dieu prend-il des enfants pour en faire des anges?
» quand la phobie prend le dessus sur le couple
» Voyage en Irlande ... on prend le bateau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Etudiants en Médecine Algériens :: Hors-Médecine :: Actualité...-
Sauter vers: